Est-il utile de faire des affaires à l’étranger ?

DR. Klippe Consult vous montre que çà vaut la peine de commencer vos activités à l'étranger maintenant. Lisez pourquoi il peut être intéressant pour vous aussi de s'ouvrir à l'international. 

1. Les marchés de demain ne se développent pas en Europe

Le niveau de vie en Europe occidentale est parmi les plus élevés au monde. C'est encore le cas, même si ceci n'est pas forcément viable par des moyens traditionnels. Il devient de plus en plus difficile pour les succès d'hier de se répéter aujourd'hui. À peine 500 millions de personnes vivent en Europe, tandis qu'en Asie, ils sont déjà 3 milliards. L'âge moyen d'un Français est de 43 ans, alors que l'âge moyen d'un Philippin, d’un Vietnamien, ou d’un Malais n'est que d'environ 24 ans. En comparaison avec un vieillissement de la société européenne, l’Asie a une population très jeune demandeuse de croissance et de prospérité. L'Allemagne et l'Europe ont des produits pour ça !

2. La taille des entreprises n'est pas tout

Les PME sont les piliers de l'économie locale. Il est faux de dire qu’il faut être « grand ». Être « grand » signifie aussi avoir « de gros coûts ». C'est précisément la petite entreprise qui peut s'implanter facilement à l'étranger. Les PME sont plus flexibles et sont en meilleure position pour s'adapter aux conditions changeantes. Même le coût élevé des ventes et du marketing peut être géré en unissant ses forces avec celles d'autres entreprises ayant les mêmes idées, ou avec des partenaires solides.

3. Les rendements accrus sont souvent mal compris

Quelles sont les possibilités de maintenir ou d'améliorer les rendements ? Vous connaissez l'histoire : le chiffre d'affaires est trop faible, les coûts sont trop élevés. Que faire ensuite ? : toutes les activités doivent être vendues. Tout d'abord, cependant, cela ne crée pas de nouveaux revenus, mais ne produit que des coûts. Si vous diminuez les coûts commerciaux, vous diminuez la possibilité d’augmenter le chiffre d'affaires. La concurrence est devenue plus dure dans l'intervalle. La seule solution est d’essayer de maintenir les rendements et de penser au long terme. Vous avez besoin de ce genre de réflexion à long terme pour les activités à l'étranger, parce que l'engagement à long terme et la fiabilité se trouvent récompensés. Pour cette raison, prendriez-vous le risque de ne pas faire le « premier pas » ?

4. Quel rapport entre une « bratwurst » et le choix d’un pays ?

Il existe de nombreux marchés intéressants : l'UE, l'Europe orientale, Amérique du Sud, les USA, le Canada, certaines régions d'Afrique, les pays BRIC, l'ASEAN et l'Asie. Il est pourtant vraiment difficile d’y vendre pour quelqu'un qui n'a jamais quitté son pays, même si le produit est extraordinaire. Ceux qui opèrent déjà au niveau national dans toute la France sont conscients des différences régionales. Ceux qui opèrent dans le monde francophone savent que les Français, les Belges et les Suisses ont chacun des pratiques commerciales très différentes.

Mais tous les pays ont une chose en commun : ils sont seulement actifs parce qu'il ya un marché pour les y maintenir. Il est donc important de décider d'abord là où sont vos marchés cibles. Il est très probable que vous ne saurez même pas où sont ces marchés. « Un vendeur bratwurst ne peut pas connaître tous les marchés de Noël ». Mais les vendeurs qui réussissent connaissent les meilleurs marchés. Et les meilleurs marchés sont ceux qui fournissent le bon chiffre d'affaires, où les coûts sont les plus bas en proportion, et où la croissance est positive.

5. Devrais-je « aller à l'international » ?

Pour les entreprises offrant des produits ou services qui peuvent être exportés, la question ne devrait plus être « s'il y a lieu d'aller à l'international », mais plutôt « quand y a-t’il lieu de faire enfin le premier pas ». Toute entreprise désireuse de préparer le futur doit se positionner au plan international.

6. Comment puis-je aller à l'international ?

Comment puis-je aborder ces types de marchés ? Comment puis-je mettre en place une organisation de vente efficace ? Comment puis-je trouver des partenaires commerciaux ? Quand devrais-je aller dans les foires commerciales à l'étranger ? Et comment dois-je me comporter là-bas ? Que dois-je faire si quelqu'un veut faire affaire avec moi là-bas ? Il faut juste rester calme et garder son sang-froid : « étape par étape ». La devise est : avant de dépenser de l'argent pour un billet d'avion, votre stratégie doit être en place et vos objectifs clairement définis.

7. « Aller à l’international » – conclusion

Les PME performantes qui vont international de façon stratégique peuvent tirer parti des occasions d'affaires uniques à fort potentiel de croissance. La taille de l'entreprise ne joue qu'un rôle mineur dans ce domaine. La clé du succès est la manière de procéder.


© DR. KLIPPE Consult 2010